• DSC_0163

    L’ombre pourpre du monde

    Engrenages de la guerre d’Espagne et de la seconde guerre mondiale… Dans les boursouflures de l’histoire se tissèrent des fatalités.

  • IMAGE 1er COUVERTURE

    ADAM

    Le troisième volet d'une trilogie - l'aventure continue - Je vous invite à découvrir le monde de l’an 2576, prémonition ou cauchemar ?

  • slider_1

    A DECOUVRIR

    L’échiquier des égarés : le deuxième volet d’une trilogie qui brosse une fresque magistrale…L'aventure continue

    DECOUVRIR L'OUVRAGE 
Suivez toute l'actualité littéraire
Actualités

Suivez toute l'actualité littéraire

Voir plus
Découvrez l'auteur et son univers
Portrait

Découvrez l'auteur et son univers

Voir plus


Tous les ouvrages de l'auteur

  • jardins
    Les Jardins du silence

    Société des Écrivains – 452 pages

    Découvrir l'ouvrage

  • couv Adam BD
    Adam

    Société des Ecrivains

    Découvrir l'ouvrage

  • 1ercouv
    L’ombre pourpre du monde

    Besoin d’en savoir davantage, il revint à la charge. - Ton frère est bien parti en Espagne pour faire la guerre ! Jacob le scruta un instant, se demandant où il voulait en venir. Ses mains élégantes d’intellectuel se transformèrent en poings qui projetaient de cogner la table. Allait-il le faire ? Epaisseur d’un silence… puis, sa mine énergique se détendit. Il marmonna contrarié. - Oui, Daniel est parti ! - Pour lui ce n’était pas absurde ? - Non. - Pourquoi est-il allé là-bas ? - Le parfum de l’histoire. Quand on est loin, les événements n’ont pas le même impact. Ils sont sans forme ni odeur. On peut les modeler à sa convenance. Ils engluent l’esprit et chacun y projette sa part de folie, d’idéalisme ou d’espérance, ce qui au bout compte est la même chose. Daniel est parti soutenir les Républicains. Il a rejoint les « Rojos », il y a six mois déjà. - Les « Rojos » ? - Les Rouges, si tu préfères, des ouvriers et les paysans qui vivent dans des conditions misérables, à peine mieux que des bêtes. Il est passé par la frontière catalane avec un groupe de camarades. - Alors, il va mourir ? - Je ne sais pas… peut-être ! Jacob laissait venir à lui les mots comme des amis, scrutait leur intention, les isolait dans un sas, alors seulement, sa voix restituait, transformait, expliquait. Tristan le regarda par en-dessous, il projeta la phrase suivante à la vitesse d’une flèche pour le surprendre. - Et toi pourquoi t’es pas parti ? - … Je n’aime pas la guerre. Je suis médecin, je soigne, je ne tue pas. L’enfant devina qu’il était inutile de pousser plus loin cette conversation. Les iris de Jacob devinrent de glace. Il plongea la tête dans son journal avec une sorte d’obstination qui signifiait la fin de l’échange. Puis, méthodique, il entreprit de tourner les pages tabloïdes, les unes après les autres, sans les lire, n’en oubliant aucune. Tristan haussa les épaules en lui lançant un regard contrit et décida de regagner sa chambre, traînant les pieds pour manifester son insatisfaction. Les boiseries donnaient à la pièce un aspect feutré presque austère. Une lampe posée sur un bureau Louis Philippe en châtaignier illuminait l’environnement immédiat, laissant la part belle à la pénombre. Refuge. Univers intime. Dans ce confort ouaté, son besoin de musique naissait, doux d’abord, puis s’intensifiait jusqu’à soulever une lave inspiratrice.

    Découvrir l'ouvrage

  • couv_blaspheme
    Blasphème – Tome I

    Société des Écrivains - 281 pages

    Découvrir l'ouvrage